Le blog de Fabien DUMINY

Un blog utilisant WordPress

Skip to: Content | Sidebar | Footer

Devoxx France 2013 – Domotique Low Cost, façon DIY

23 mai, 2013 (09:00) | Devoxx France 2013 | By: fabien

A l’occasion de Devoxx France 2013, j’ai assisté à la conférence intitulée « Domotique Low Cost, façon DIY » présentée par Laurent Huet.

Les raisons de mettre en place une installation de domotique peuvent être l’automatisation ou la surveillance. Mais quelle solution adopter ?

Les magasins grand public de bricolage proposent des centrales domotique mais celles-ci coûtent environ 450 €, auxquels il faut rajouter le prix des accessoires. Elles ne sont pas très pratiques et assez coûteuses.

L’alternative consiste à réaliser soi-même (en anglais : DIY pour « Do It Yourself ») une centrale de domotique. Deux possibilités s’offrent alors au bricoleur : récupérer du matériel existant (console de jeux …) ou acheter une carte basée sur un processeur ARM sous Linux. Les 3 cartes les plus connues sont :

  • Raspberry Pi (45 €, 60 € avec les accessoires) : par défaut, cette carte ne contient pas de port analogique
  • BeagleBone (90 €) : celle-ci est beaucoup plus puissante et dispose de plus de connecteurs d’entrées/sorties
  • Arduino (20 €)

Pour le langage de programmation, il faut choisir celui qui (vous) convient (parfois certaines entrées/sorties nécessitent des réactions à la microseconde). Comme ces cartes fonctionnent souvent sous Linux, ce langage est souvent le C/C++ et l’accès au périphérique se fait via l’API Sysfs, un système de fichier Linux permettant de piloter les périphériques. En ce qui concerne la partie matériel, il faut souvent piloter des composants fonctionnant sous courant fort : cela nécessite l’utilisation d’un relai ou un triac (5 €).

Lorsqu’on veut connecter plusieurs capteurs sur un même port, il faut utiliser un bus associé à un UART. Il en existe de différents types :

  • bus 1-Wire : 1 seul fil sur lequel se connecte chaque capteur muni d’une puce avec un code unique
  • bus I2C : bus série sur 3 fils
  • bus SPI
  • bus CAN : utilisé dans l’automobile

Il est également envisageable d’utiliser une liaison radio, notamment dans le cas où le capteur se trouve dans un endroit difficile d’accès.

Comme exemple d’application, Laurent propose de se connecter au compteur EDF afin de visualiser en temps réel la consommation électrique et la puissance utilisée. Cela n’est possible qu’avec le compteur électronique, et pas avec le compteur mécanique avec un petit disque qui tourne (image). Il ne faut surtout pas toucher à la partie scellée par un plomb (qui est la propriété d’EDF). Pour récupérer les informations, il faut se connecter avec une liaison série au bornier client, en utilisant un convertisseur UART/TTL. Les spécifications EDF sont disponibles sur le web.

Attention : Laurent nous signale qu’il est facile de griller une carte SD en écrivant sur celle-ci toutes les minutes, pendant 3 mois. En effet, le nombre d’écriture sur ce genre de composant est limité.

Pour ses développements, Laurent utilise l’environnement de développement Javascript Cloud9 (basé sur Node.js) tournant directement sur la carte BeagleBoard. Il termine par une démonstration d’un petit serveur en HTML 5, tournant sur BeagleBoard et affichant la température ambiante mesurée par un capteur (2 €). L’ensemble coûte moins de 150 €.

Be Sociable, Share!
Share and Enjoy

Write a comment





If your website is claim enabled, it will be notified that you have posted here.

MySQL query error